En ce moment, j'entends souvent, c'est à dire plusieurs fois par jour :
Oui mais le bio, en fait, c'est pas bio, je l'ai vu sur un reportage à la télé ... Oui mais le bio, en fait, c'est pas bio, parceque le voisin, eh bein, il traite, alors l'est pas bio ... Oui mais le bio, en fait, c'est pas bio parceque le sol l'est pollué ... Oui mais le bio, en fait, c'est pas bio parceque depuis Tchernobyl, plus rien n'est bio ...

C'est dingue, comme on peut s'acharner à démonter, déboulonner, discréditer les filières bio. A démolir ceux qui se battent pour une autre agriculture bénéfique à tous. Rappelons au passage, que si le 20eme siècle n'avait pas vu l'avénement des traitements chimiques agricoles et la course à la sur-production organisée (aaaah la PAC), peut être que le bio ne serait qu'une lubie et n'aurait sans doute que peu de raison d'être. Alors que les filières où on apprend aux producteurs à devenir dépendants des produits chimiques (je peux vous donner le nom des happy few qui les produisent et les vendent à grand renfort publicitaire) et où on paie leur production à un prix inférieur au coût de revient, on n'en parle pas bizarrement ...

Alors, à choisir entre une pomme issue de l'agriculture biologique avec peut être 1 pesticide et une autre avec 20 pesticides différents, sans doute irradiée, peut être récoltée et cultivée par des enfants en Asie, emballée individuellement d'un filet de polystyrène (authentique), mon choix est vite fait ...

Et comme disait le sage : Avant de voir la paille dans l'œil du voisin, voyons la poutre que l'on a dans notre propre oeil.